Alpine Club of Canada

ACC_Gazette_Winter2018_FINAL

Issue link: http://acc.uberflip.com/i/1052834

Contents of this Issue

Navigation

Page 7 of 31

8 The Alpine Club of Canada Gazette Winter 2018 Par Paul Mower Photos Eric Petersen (Instagram @GotMountains) Le CAC administre 32 refuges — le plus vaste réseau de refuges en arrière- pays de l'Amérique du Nord. Six d'entre eux sont administrés par nos sections régionales, de Whistler à Montréal (avec un nouveau refuge en route pour la section de l'île de Vancouver). Cette histoire inspirante décrit la quête qui a poussé un homme à visiter, en randonnée et en ski (sans hélicoptères), chacun des 26 refuges administrés par le club national. Cette histoire nous interpelle pour bien des raisons, l'amour du voyage qui la motive (au lieu de se concevoir comme une liste à cocher) n'étant pas la moindre. Comme le montre l'histoire de Paul, voyager parmi les nombreux refuges du club demande de vraies habiletés, une bonne santé physique et du discernement. Si vous envisagez un itinéraire parmi nos refuges, contactez notre personnel aux réservations, qui saura vous conseiller amicalement. Notre but est de vous aider. –Éditeur N ous avons tous eu cette sensation en entrant pour la première fois dans un refuge du CAC après une longue randonnée — exténués, à bout de forces, affamés peut‑être ou frigorifiés, parfois blessés et en train de souffrir. C'est alors une joie et un grand soulagement de disposer d'un endroit sec, chaud, con‑ fortable et sécuritaire pour se reposer et reprendre des forces, sans compter l'avan‑ tage de se trouver au milieu d'un des plus beaux endroits de la planète. Vous pourriez maintenant vous demander : combien de ces endroits existent? Et la plupart d'entre nous voud‑ ront essayer de visiter autant de refuges du CAC qu'ils le pourront. Je connais beaucoup de gens qui sont allés dans beaucoup de refuges. J'en connais aussi qui les ont presque tous visités, mais je voulais par moi‑même visiter chacun des refuges détenus et opérés par le CAC. Et c'est cet été que j'ai finalement accompli ma mis‑ sion, au bout d'une quête de 11 ans. Le Club alpin du Canada administre en ce moment 26 refuges en arrière‑pays, et les visiter m'a transporté en beaucoup de lieux magiques en compagnie de personnes admirables. Loin d'être un athlète intensé‑ ment entraîné pour la montagne, je suis plutôt un amateur passionné de plein air et qui approche de la soixantaine. Bien que j'essaie de rester actif, si j'ai réussi à visiter ces refuges, vous le pouvez sans doute aussi. Quand l'itinéraire vers le refuge décrit par le CAC indique que le chemin devrait prendre « entre cinq et huit heures », je suis celui qui a besoin de huit heures. La plupart des refuges du CAC com‑ portent des matelas de sol en mousse confortables, certains refuges disposent d'un poêle à bois et d'une réserve de bûches. Bien que certains refuges soient plus austères que d'autres, ils présentent tous, et de loin, davantage de confort qu'un ensemble formé d'une tente, d'un matelas de couchage, d'un réchaud portatif et d'écuelles, etc., sans compter la sécurité et la chaleur protectrices qu'ils offrent contre les climats extrêmes et les animaux sauvages. Que des refuges soient aussi lux‑ uriants que la cabane du glacier Kokanee avec ses toilettes modernes, ses douches chaudes et son électricité alimentée par génératrice, ou de simples boîtes métal‑ liques comme le refuge du col Sapphire, ils Tous les refuges

Articles in this issue

view archives of Alpine Club of Canada - ACC_Gazette_Winter2018_FINAL