Alpine Club of Canada

ACC_Gazette_Spring2019_eGazette

Issue link: http://acc.uberflip.com/i/1091110

Contents of this Issue

Navigation

Page 23 of 31

24 The Alpine Club of Canada | Gazette | Spring 2019 Des hélicoptères ont transporté sur le site 120 chargements de matériaux nécessaires à la construction. | Helicopters slung 120 loads of necessities into the build site. Photo Chris George Refuge du 5040 Peak : Bâtir une communauté Vous est-il arrivé d'entreprendre de bâtir quelque chose et découvrir comment votre création, en cours de route, prenait directions tout à fait inattendues? La section de l'île de Vancouver avait entrepris de construire un refuge, et elle l'a fait — et a découvert avoir aussi bâti une communauté. — Éd. Par Chris Jensen L es efforts de notre section pour acquérir un refuge sur l'île de Vancouver ont une histoire remon‑ tant jusqu'aux années 1930. La section VI du CAC a envisagé la construction de refuges ou l'appropriation de structures existantes du parc Strathcona au mont Washington jusqu'au « Forbidden Plateau ». Pour diverses raisons aucun de ces pro‑ jets n'a abouti. Mais en 2015, la section est tombée sur l'idée d'un refuge sur le « pic » 5040 (5040 Peak) près de Port Alberni. Cet article présente le récit d'une communauté qui, saisie par l'idée d'un refuge, en a fait une réalité. Pourquoi un refuge à cet endroit? Construire un refuge est une tâche lourde et complexe sur tous les plans imaginables, tant logistiques, physiques et financiers. La motivation doit être au rendez‑vous pour une pareille entreprise, ne serait‑ce que pour conserver l'attention et la passion des bonnes personnes que ce projet a attirées. Les raisons pour lesquelles nous voulions un refuge alpin sur cette île sont nombreuses, incluant l'opportunité de pouvoir rester et s'amuser sur l'île toute l'année. La présence d'un refuge éliminait le problème d'avoir à prendre le dernier transbordeur après en avoir profité. Mais toutes les raisons les plus fortes concernent notre communauté : le fait de n'avoir jamais renoncé au rêve d'un lieu alpin de rassemblement, tant pour nous que pour nos amis. Et nous n'avions pas réalisé, au début, combien de communautés différentes participeraient à le réaliser et combien d'amis nous nous ferions. Le choix de l'emplacement s'explique un peu plus facilement. 5040 Peak est un endroit pittoresque accueillant pour la randonnée et le ski, une terre publique hors parc et accessible selon les normes de l'île. Le refuge donne un accès stratégique à des crêtes élevées par lesquelles accéder, en plein cœur de l'île de Vancouver, à d'autres pics attrayants. La vue depuis la terrasse avant du refuge couvre des dizaines de pics, dont l'époustouflant Triple Peak, directement à travers la vallée. Les fleurs sauvages en été sont sublimes et le ski en hiver est magnifique. Beaucoup de mains au travail Quand le directeur général du CAC, Lawrence White (qui a grandi sur l'île), entendit parler du projet, il le décrivit comme un mélange parfait d'isolement et de communauté. Le récit de la construc‑ tion de ce refuge s'avère aussi un récit au sujet de ces communautés, sur l'île de Vancouver et au‑delà. Des gens sont venus des États‑Unis dans le but précis d'apporter leur aide au projet — dès après en avoir entendu parler, ils s'inscrivaient pour aider. De la même manière, des voyageurs de l'étranger nous ont rejoints depuis l'Autriche, les Caraïbes et l'Allemagne pour apporter leur aide. Nous avons appris que nous étions loin d'être seuls : des gens de toutes les proven‑ ances aiment les refuges alpins! Le projet du refugesur 5040 Peak s'est fait sous la supervision d'un comité qui s'est dévoué du début à la fin d'une période de plus de quatre ans. Ses membres comprenaient : Chris Ruttan – chef de chantier; Rick Hudson — levées de fonds; Martin Hofmann — gourou technique; Lindsay Elms — historien; et Chris Jensen — chef de projet. D'autres membres clés incluaient : Colleen Kasting – directeur financier; Nadja Steiner — coordonnatrice des bénévoles; et Catrin Brown, qui était la présidente de la section durant le projet. Tristan Oliver a également filmé l'entièreté de la construction et produira un docu‑ mentaire. (Voir l'article en p.##.) Il y eut, bien sûr, beaucoup de bénévoles pour prêter leur aide, depuis les premiers jours jusqu'aux derniers. Un tel

Articles in this issue

view archives of Alpine Club of Canada - ACC_Gazette_Spring2019_eGazette