Alpine Club of Canada

Winter Gazette 2013

Issue link: http://acc.uberflip.com/i/204621

Contents of this Issue

Navigation

Page 23 of 31

La communauté se rassemble pour le Flatrock Fest par Beth Spencer L 'escalade est presque toujours un travail d'équipe. Une équipe d'au moins deux personnes car, bien sûr, il faut un grimpeur à chaque extrémité de la corde. De plus, en tant que grimpeurs, nous demandons beaucoup à nos partenaires. Ils doivent être là à un moment précis, endurer le soleil brûlant, les rafales de neige, ou la pluie battante, et s'accrocher à la falaise pour nous attraper si nous tombons. Les grimpeurs forment donc une communauté de soutien, des personnes sur lesquelles nous pouvons compter et avec lesquelles nous parta‑ geons la même passion pour l'aventure sur les parois rocheuses. Mais organiser un festival d'escalade n'est pas une aventure. Cela ressemble plutôt à une douloureuse montée sur une voie excessivement longue couverte d'éboulis et de faux sommets où la brume nous cache la vue. Et parfois, il pleut. Cela représente beaucoup de travail, et sans de bons partenaires, ce serait extrêmement pénible. Au cours des deux derniers étés, la section Terre-Neuve et Labrador du Club alpin du Canada a organisé un festival d'escalade d'une journée appelé « Flatrock Fest », une occasion de nous réunir sur le rocher et de permettre aux nouveaux grimpeurs d'essayer l'escalade extérieure. Flatrock est une communauté côtière située à 30 km au nord de St-Jean et le site d'escalade « classique » de Terre-Neuve. Le moins que l'on puisse dire est que le site n'a pas la réputation d'être facile à escalader. La plupart des voies y sont difficiles et ou presque inexistantes; on y retrouve des roches détachées, ce qui rend les ancrages difficiles, sans parler de l'occasionnelle mouette qui vient parfois nous visiter d'un peu trop près. La vue sur la baie, les rochers qui jonchent le sol au pied de la falaise, et les vagues qui éclaboussent à plusieurs mètres de hauteur ajoutent à l'impression d'insécurité. C'est un site d'escalade absolument magnifique, mais aussi extrêmement stressant non seule‑ ment pour les nouveaux grimpeurs ou ceux dont l'expérience se milite aux parois de plastique d'un gymnase, mais aussi pour les grimpeurs expérimentés. Alors, afin de rendre ce festival access‑ ible aux participants de toutes catégories, une équipe de grimpeurs expérimentés 24  Alpine Club of Canada Gazette Winter 2013 When the morning fog cleared you could find the registration tent, medical station and rental table. photo by Greg Locke se rend à Flatrock le soir précédent. Ils escaladent toutes les parois et y placent le plus de cordes possible. Et voilà ! Un site d'escalade habituellement inaccessible aux novices se transforme en une sorte de gymnase extérieur. En plus d'offrir une vingtaine de cordes de moulinette, le festival offre aussi un barbecue au pied de la falaise, des prix des commanditaires, ainsi que plusieurs ateliers. Cette année, on m'a confié la respon‑ sabilité d'organiser cette journée à la fois amusante et décontractée. Avant l'événe‑ ment, je cherchais des bénévoles, mais comme la communauté de grimpeurs (tous passionnés) qui habitent sur l'île regroupe environ 100 personnes, j'avais peur d'en manquer. Après tout, la com‑ munauté d'escalade de Terre-Neuve est bien jeune et comprend surtout des ado‑ lescents et des jeunes dans la vingtaine, une génération que l'on accuse souvent de manquer de sens civique. Pas vrai ? Eh bien, tel ne fut pas le cas. De nombreux partenaires enthousias‑ tes m'ont offert leur aide. En effet, quand on s'adresse à la jeune communauté de grimpeurs de Terre-Neuve pour obtenir de l'aide, elle répond toujours « présente », et la réponse est encore plus rapide en cette ère de communication instantanée. Suite à un affichage sur Facebook, des dizaines de personnes nous ont offert leur aide. Des gens voulaient transporter des choses au site d'escalade, des amis se sont chargés d'installer les cordes, et des participants nous ont offert d'aider à assurer les grimpeurs ou de s'occuper de l'inscription. Au cours des mois précédant l'événement, des bénévoles m'ont aidée à concevoir les affiches, communiquer avec les commanditaires, organiser l'aide aux premiers soins, emprunter des barbecues, et à effectuer une infinité de tâches importantes. Le jour de l'événement le Club a prêté aux bénévoles 20 chemises Twelve-year-old Erinn Locke, a member of the ACC National Junior Climbing Team climbs Good Country Lovin', 5.11a on Mainface at Flartrock. photo by Greg Locke

Articles in this issue

view archives of Alpine Club of Canada - Winter Gazette 2013